François Sardi

Artiste Sonore. Batteur dans une autre vie, percussionniste à ses heures perdues.

S’initie à l’informatique musicale via la musique électronique avant de s’intéresser plus particulièrement aux sonorités électro-acoustiques. S’oriente rapidement vers l’accompagnement sonore en direct de spectacles vivants.

Il est l’interprète de son travail car la scène, le contact avec le public et les artistes, le frottement du son à un lieu, une acoustique, sont pour lui un moment particulier de la création/improvisation, riche en événements inattendus et source d’inspiration bien plus puissante que le face à face solitaire entre l’homme et la machine.

Il s’initie à la danse Katsura Kan et Atsushi Takenushi, danse régulièrement avec Katsura Kan pour qui il signe une mise en scène lors du 9° festival de Buto à Paris.

Principal animateur de l’association Radionomad, il réalise des installations sonores qui rendent compte d’investigations radiophoniques réalisés dans différents quartiers à travers la France.

A la base de son travail il y a une matière : le son. Son instrument de prédilection est un microphone stéréophonique. Il ne travaille qu’avec des matières sonores qu’il enregistre lui-même : du plus léger frottement de matière, à peine perceptible, aux paysages sonores, urbains ou champêtres, glanés de ci de là au gré de ses pérégrinations. Art de la restitution, mais surtout de la reconstruction d’un champ sonore selon des critères subjectifs de manipulation, de réagencement à travers le prisme de sa perception intérieure. Il découvre avec intérêt la spatialisation multicanal et l’utilise lors de ses performances et installations car la démultiplication des sources de projection du son lui donne le sentiment d’être en quelque sorte un sculpteur de l’invisible.