Antoni Ros Blasco

Antoni Ros Blasco est né à Barcelone en 1950, et après avoir obtenu en 1976 une bourse du gouvernement français, il a été pensionnaire en 1985 de la villa Medicis. Après avoir été professeur de peinture aux ateliers des Beaux Arts de la ville de Paris, il a ouvert son atelier. Ses expositions se multiplient actuellement (après une période de silence) : prochainement à  l'Espal au Mans du 24 avril au 30 juin 2012 (http://espal.net/exposition/antoni-ros-blasco), à la galerie Vildal Saint-Phalle du 5 avril au 5 mai 2012...

On le dit solitaire et en dehors des modes, amoureux de la "peinture-peinture". Son talent épuré refuse de prendre position entre l’abstrait et le figuratif. Son œuvre forte et lucide, exclusivement à l’huile, avec des accents à la Bacon qui la rendent inquiète, voire cruelle, produit une impression puissante, à la limite du tragique. Il excelle dans les grands formats.
A visée existentielle, ses toiles évoquent le destin de l’homme, sa place incertaine dans l’univers : aridité géométrique et coulées noires qui submergent tout. Antoni Ros Blasco tait partie de ces artistes dont l’œuvre ne se donne pas d’emblée. Elle se découvre, s’apprivoise par couches successives. Ce qui frappe c’est un langage pictural d’une extrême sobriété. "La restriction à (presque) une seule couleur ou au seul noir et blanc nous fait accéder plus facilement à la dimension symbolique de la peinture". Il confronte ou associe le charme de la matière de couleurs primitives (noir, ocre jaune et ocre rouge) à la rigueur des formes géométriques pour nous révéler un essentiel.
Au cœur d’une nuit sombre et opaque, surgissent des silhouettes lumineuses au tracé épuré. Loin d’être figées, ces figures surgissent de la toile dans un mouvement d’éclat.

"L’œuvre de Ros Blasco, hautement symbolique s’origine dans la pensée mythique. Comme elle bipolaire, elle se joue des contraires. D’un côté la nuit, l’enfer, de l’autre la vie, la lumière, l’esprit. L’angoisse de l’homme primitif devant les mystères de la vie, devant l’incompréhension du cosmos, n’est pas si éloignée de celle de l’homme moderne, malgré... Et à cause des avancées de la science. Ce dernier s’interroge toujours sur ses origines, et reste soucieux de son avenir en tant qu’espèce et de celui de la Planète-Terre. Le soleil suspendu continuera-t-il de briller ? (...) Dans son universalité, la simplicité formelle de ses symboles, l’oeuvre de Ros Blasco  exprime le tragique de la condition humaine et apparaît comme une épure, un élan vers la lumière, l’esprit."

Maryvonne Georget